Vous venez de perdre votre emploi et vous envisager une rupture de votre contrat de travail ? Il est vrai qu’il existe l’allocation au chômage pour vous dépanner, mais est-ce qu’elle est vraiment applicable à toutes les circonstances ?

Les personnes qui ont droit aux allocations des chômages

Les personnes prioritaires qui jouissent cette aide sont les personnes qui sont privées temporairement de leur emploi ? La situation peut être suite à un licenciement, à une rupture conventionnelle ou la fin d’un CDD ou d’un contrat d’intérim. La démission légitime qui consiste à suivre son conjoint muté bénéficie également à ces allocations.

Mais depuis le 1er novembre 2019, les démissionnaires peuvent également percevoir cette assurance chômage. Cependant, il y a des conditions. Ils doivent compléter au moins 1300 jours de travail dans les 60 derniers mois. La cause de la démission doit être une reconversion professionnelle qui demande le suivi d’une formation ou la création d’une entreprise. Une commission est nommée pour suivre ce genre de cas.

Il faut cotiser pour percevoir ses allocations

Il y avait une nouvelle réforme depuis le 1er novembre dernier. Pour percevoir une allocation chômage, un travailleur doit compter 910 heures de travail soit 6 mois environ dans les deux dernières années. Pour les personnes plus de 53 ans, le même nombre d’heures travaillées pour une durée de 6 mois. La durée minimale de l’obtention d’une allocation chômage est de 182 jours.

Le montant de l’allocation

Le 1er juillet 2019, il y a une révision sur le montant des allocations aux chômages, le pourcentage est alors de 0,70 % ce qui a augmenté l’indemnité minimale à 29,26 euros au lieu de 29,06 euros. Le montant de votre allocation varie cependant selon vos derniers salaires perçus ainsi que les heures de travail effectué pendant l’affiliation. Si l’allocation minimum est de 29,26 euros, le plafond est déterminé à 75 % du salaire de référence. Il est à noter qu’en cas de besoin, il est possible de demander une avance sur le montant de vos allocations. Mais ce mode de calcul peut encore connaître une modification, car une nouvelle réforme est prévue le 1er avril 2020.

La perception des allocations à quel moment ?

Il n’est pas possible de recevoir directement ses allocations dès la perte d’emploi. Un délai de carence de 7 jours est imposé. Il y a également un différé d’indemnisation des congés payés et un différé d’indemnisations spécifiques. Ces dernières dépendent des supralégales lors de fin de contrat lors de la rupture du vôtre. Un montant élevé des indemnités retardera le démarrage de la prise en charge du salarié. Pour un différé spécifique, il se plafonne à 150 jours et pour les congés payés, ce sera 30 jours à partir du 1er avril prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *