Depuis plus de trois semaines maintenant les avocats français font la grève. Cette décision est due à la réforme de leur caisse autonome de retraite pour rentrer dans le régime universel. Selon eux, cette rénovation occasionne le doublement de leurs cotisations et menace les petits cabinets.

Les avocats ont sorti les grands jeux

Pour marquer leur mécontentement et leur désaccord face à cette décision du gouvernement, tous les avocats dans chaque juridiction font les grèves des audiences et se manifestent. Ils ont même organisé le fameux jet de robes. Mais l’ambiance est vraiment au rendez-vous, car ils montrent leur protestation par des chants et des danses. C’est l’occasion de regarder les avocats se lâcher. Cette réforme est selon eux, est une grande menace pour leur profession. Leurs manifestations se durcissent de semaine en semaine et tous les tribunaux en France sont pour la plupart bloqués. Plusieurs dossiers sont renvoyés, des procès sont reportés et les délais de traitement se sont prolongés.

Le régime autonome perturbé

En instaurant le régime universel, le régime autonome des avocats est remis en cause. Leur caisse actuelle dépend d’une caisse d’autofinancement qui est la caisse nationale des barreaux français. Leur caisse ne dépend pas et ne coûte rien à l’état. Elle est même excédentaire et fonctionnement parfaitement. Or, avec la reforme, les avocats vont payer le double de leurs cotisations habituelles qui est de 14 % et vont passer à 28 %. Plusieurs avocats des petits cabinets ont annoncé que déjà, ils ont du mal à payer avec le régime actuel, ils vont finir par fermer boutique avec ce nouveau régime. De plus, malgré la hausse de la cotisation annuelle, les pensions qu’ils percevront à la retraite ne vont pas augmenter. Elles risquent même de baisser.

Une rencontre avec le Premier ministre

Le 23 janvier dernier, des représentants ont été reçus par le Premier ministre Édouard Philippe qui a assuré les avocats qu’ils vont percevoir de meilleures pensions à la retraite par rapport au régime précédent. Cette réponse montre que le gouvernement ne compte pas se rétracter pour le vote de ce projet de loi. Il a même félicité les représentants du métier d’avocats qui ont travaillé avec les ministres pour juger de l’impact de cette réforme. Donc, malgré cette rencontre, Matignon campe sur leurs positions. De leur côté, les avocats également affirment la continuité de leur grève au moins pour cette première semaine de février. Ceux qui ont des affaires nécessitant l’assistance d’un avocat doivent encore s’armer de patience, car ils n’ont pas encore fini de faire la grève. Ils ont même multiplié l’intensité de leur manifestation. Si le gouvernement affirme que leur régime autonome est quand même maintenu malgré la réforme, les avocats pensent que cette nouvelle loi est justement le début de la fin de ce dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *